woomcares

giro del gelato 2021 : 100 000 euros pour les enfants et leurs familles au Bangladesh

Ride for a Brighter Tomorrow – Faire du vélo pour un meilleur avenir. C'est sous cette devise que nous avons organisé le giro del gelato 2021 en collaboration avec l'UNICEF et la radio familiale Radio Teddy – chaque kilomètre parcouru à vélo correspondait à un don de 10 centimes. Et vous avez bien pédalé : les fans de vélo du monde entier ont parcouru la distance incroyable de 835 377,42 kilomètres au cours des six dernières semaines, ce qui a permis de collecter 83 537,74 euros pour la bonne cause. Devant cette belle réussite, nous avons décidé d'arrondir le montant du don à la somme initialement prévue de 100 000 euros, que nous venons de verser à l'UNICEF Autriche. Ce montant sera utilisé pour soutenir le projet d'aide WASH de l'UNICEF, qui offre un avenir sain aux enfants et aux familles du Bangladesh. 

« Un grand MERCI à tous ceux et toutes celles qui ont participé au giro del gelato 2021. Non seulement les participants ont utilisé l'un des meilleurs moyens de locomotion qui soit, à savoir le vélo, mais ils ont aussi fait une grande différence dans la vie des enfants et des familles au Bangladesh », déclare Christian Bezdeka, fondateur de woom. « Sur le plan économique, les derniers mois ont été très fructueux pour notre entreprise. La pandémie nous a montré à quel point une mobilité durable et saine est importante pour nos client·e·s. Avec ce don au Fonds des Nations unies pour l'enfance, nous voulons désormais rendre quelque chose en retour aux personnes qui ont été particulièrement touchées par la Covid-19. » 

Christoph Jünger, directeur exécutif du Comité autrichien pour l'UNICEF, remercie également toutes les personnes qui ont participé au giro del gelato : « Le Bangladesh est l'un des pays les plus pauvres du monde. Les 170 millions d'habitants du Bangladesh, dont environ 40 % sont des enfants, luttent contre la faim, l'exploitation et les catastrophes naturelles. Et l'année dernière, le coronavirus a encore considérablement aggravé la situation. Dans de nombreuses écoles, les enfants n'ont pas la possibilité de se laver les mains à titre préventif contre les infections – c'est là que notre programme WASH entre en jeu. »


À quelles fins l'argent versé sera-t-il utilisé ?

Pour chaque kilomètre parcouru par la communauté woom et nos partenaires de coopération Bike Citizens, Maloja Pushbikers et Kids Bike Trophy, nous versons dix centimes à un projet du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) à Dhaka, la capitale du Bangladesh. Le projet WASH que nous y soutenons permet aux enfants et à leurs familles d'avoir accès à l'eau ( water), aux installations  sanitaires et à des mesures d' hygiène. Ces mesures sont particulièrement nécessaires à l'heure actuelle pour protéger la population contre le coronavirus et contenir la propagation de la COVID-19.


Pourquoi l'aide aux enfants et aux familles du Bangladesh est-elle importante aujourd'hui ?

Le Bangladesh est l'un des pays les plus pauvres du monde. Sur une population de 170 millions de personnes, 40 % sont des enfants et 30 % vivent dans des bidonvilles. Chaque jour, des personnes luttent contre la pauvreté, la faim et les catastrophes naturelles qui menacent leur existence, comme les ouragans et les inondations.

Malgré la situation difficile dans son propre pays, le Bangladesh a accueilli plus de 875 000 personnes de l'ethnie Rohingya, qui ont été forcées de fuir le Myanmar voisin en raison de la répression et des persécutions.

La situation économique du Bangladesh s'est améliorée ces dernières années. En 2018, la croissance économique a été l'une des plus élevées au monde, avec près de 8 %. Outre l'économie d'exportation émergente, la croissance est portée par une augmentation constante de la demande locale et les investissements des entreprises.

Un motif d'espoir : le nombre de jeunes recevant un enseignement de qualité dans les universités et les écoles techniques augmente lentement mais sûrement. À cet effet, les enfants et les jeunes doivent pouvoir aller à l'école – et rester en bonne santé. 

La pandémie de coronavirus est cependant venue interrompre cette évolution positive. En outre, le Bangladesh est l'un des pays où la densité de population est la plus élevée au monde. Il est presque impossible d'y respecter la distanciation sociale. Surtout dans les bidonvilles, où les gens vivent les uns à côté des autres dans un espace très réduit. À Dhaka, l'une des mégapoles à la croissance la plus rapide au monde, environ 1,1 million des quelque 9 millions d'habitants vivent dans des bidonvilles.


L'eau propre et l'hygiène comme base d'une vie saine

La pandémie de COVID 19 a démontré de manière impressionnante l'importance du lavage régulier des mains. Cependant, plus de la moitié de la population mondiale n'a pas accès à des installations sanitaires sûres. Dans le monde, trois milliards de personnes, dont des centaines de millions d'écoliers, n'ont pas accès à des installations de lavage des mains au savon. Près de 675 millions de personnes n'ont pas accès à des toilettes. 

Les personnes vivant dans les zones rurales, les bidonvilles urbains, les zones exposées aux catastrophes et les pays à faible revenu sont les plus touchées. Les conséquences de l'insalubrité de l'eau, des installations sanitaires et des conditions d'hygiène peuvent être mortelles pour les enfants. Chaque jour, plus de 700 enfants de moins de 5 ans meurent de maladies diarrhéiques dues au manque d'eau et d'hygiène. Dans les zones de conflit, les enfants ont presque 20 fois plus de chances de mourir de maladies diarrhéiques que du conflit lui-même.

C'est précisément là qu'intervient le programme WASH du Fonds des Nations unies pour l'enfance, l'UNICEF. Il vise à fournir de l'eau propre, des installations sanitaires et des mesures d'hygiène à la population.


Quel est le rapport entre le lavage des mains et l'éducation ?

« À cause de la crise du coronavirus, des enfants du monde entier ne pouvaient plus aller à l'école – un lieu d'éducation et de sécurité sociale, fournissant souvent le seul repas de la journée et le seul accès à l'eau courante. L'enseignement à domicile tel que nous le connaissons n'existe pas dans de nombreux endroits. Les progrès réalisés pour les enfants au cours des dernières décennies sont en train d'être réduits à néant. Par exemple, le nombre de mariages d'enfants est en augmentation », déclare Christoph Jünger, directeur général du Comité autrichien pour l'UNICEF, à propos de la situation sur le terrain. « L'impact de la crise, notamment sur l'éducation des enfants et des jeunes, a de graves répercussions sur les filles et les garçons au Bangladesh. Si nous n'agissons pas maintenant, les graves conséquences de la crise sur les enfants seront énormes à long terme. » 

L'eau et une bonne hygiène sont essentielles pour prévenir la propagation des maladies infectieuses et aider les enfants à vivre longtemps et en bonne santé. De bonnes mesures d'hygiène évitent aux enfants de manquer les cours pour cause de maladie, tandis qu'une meilleure éducation leur offre de meilleures opportunités.

« Dans de nombreuses écoles, les enfants n'ont pas la possibilité de se laver les mains à titre préventif contre les infections – c'est là que notre programme WASH entre en jeu », poursuit Christoph Jünger « Avec seulement 177 dollars, nous pouvons acheter 100 boîtes d'eau de détergent en poudre pour la désinfection. Avec environ 380 dollars, nous pouvons proposer une formation à l'hygiène pour 90 mères et filles, et avec près de 860 dollars, nous pouvons financer l'une des 40 stations de lavage des mains, chacune d'entre elles fournissant de l'eau courante à quelque 3 000 personnes.

L'accent mis sur les mesures d'hygiène facilement disponibles est important, car la vaccination contre le coronavirus progresse très lentement sur le terrain. Les derniers chiffres montrent qu'une moyenne de 11 500 doses de vaccin sont administrées par jour. À ce rythme, il faudrait encore 2 828 jours, soit 7,7 ans, pour administrer des doses à 10 % de la population en plus.


Réparation des points d'eau

Le projet soutenu par woom à Dhaka avec le giro del gelato permet de réparer les points d'eau existants et de financer de nouvelles stations mobiles de lavage des mains. Grâce à ces stations, 12 500 personnes ont la possibilité de se laver les mains avec de l'eau propre. Selon les experts, les installations sanitaires mobiles constituent un atout essentiel dans la lutte contre la pandémie au niveau local. L'équipe sur place veille également à tester la qualité de l'eau et à mettre des désinfectants à disposition. 

En outre, les enfants, en particulier les filles, et les mères reçoivent une formation à l'hygiène pour rester en bonne santé. « Grâce à ces formations, nous veillons à ce que les filles et les femmes en particulier acquièrent des connaissances sur la protection contre les infections. L'effet est considérable, dans la crise actuelle mais aussi à long terme pour toute leur vie », explique Christoph Jünger. 


Chaque enfant a le droit d'avoir accès à l'eau potable

« Grandir dans un environnement propre et sûr est un droit de l'enfant. L'accès à l'eau potable, à des toilettes et à de bonnes pratiques d'hygiène permet non seulement aux enfants d'être en meilleure santé, mais aussi d'avoir plus d'opportunités dans leur vie à long terme », déclare notre fondateur  Christian Bezdeka : « Il est très important pour nous d'apporter notre contribution. »

À tous les cyclistes qui ont donné le meilleur d'eux-mêmes : une fois de plus, un grand MERCI pour votre participation et pour les kilomètres que vous avez collectés !


Plus d'informations et de liens

Si vous souhaitez en savoir plus sur le projet WASH, rendez-vous sur le site web anglophone de l' UNICEF  ! Vous trouverez des informations sur les activités concrètes au Bangladesh ici.