Parlons velo

Draisienne ou roues stabilisatrices ? Comment réussir le passage au vélo !

Sarah Schwarz
Sarah Schwarz

Je sais faire du vélo ! Vous vous souvenez encore de cet instant mémorable ? Vous avez probablement effectué vos premières tentatives de roulage à vélo avec des roues stabilisatrices bancales. Aujourd'hui, la tendance s'oriente dans une autre direction et la draisienne est – à juste titre – de plus en plus appréciée en qualité d'étape préparatoire au vélo. Nous vous expliquons ici pourquoi la draisienne est la solution idéale pour s'initier à la pratique du vélo.

Quels sont les avantages d'une draisienne ?

La différence fondamentale entre une draisienne et un vélo muni de roues stabilisatrices est qu'une draisienne n'a pas de pédales et que l'avancement s'effectue exclusivement grâce au mouvement de marche de votre enfant. Cela nous amène en l'occurrence aux atouts de la draisienne par rapport au vélo muni de roues stabilisatrices :

  • Les draisiennes sont plus petites et plus légères, c'est pourquoi les plus petits peuvent les manipuler aisément et prennent plaisir au mouvement. Le moment opportun dépend bien évidemment principalement du développement individuel de votre enfant et moins de l'âge. Il est important que votre enfant soit déjà stable sur deux jambes et capable de marcher.
  • Avec la draisienne, votre enfant pourra par conséquent rouler de manière autonome relativement tôt et vivre pleinement le besoin de mouvement croissant
  • Sur la draisienne, votre enfant développe l'intégralité de la musculature corporelle et les capacités motrices : les bras et les jambes sont utilisés de manière coordonnée, sans solliciter excessivement les enfants, parce que le mouvement de marche régulier leur est déjà familier.
  • La draisienne accroît la mobilité de toute la famille. Vous pouvez ainsi entreprendre des promenades plus longues, puisque votre rejeton maîtrise aisément des distances plus grandes.
  • Le risque de chute est plus faible. Si la draisienne menace de basculer, votre enfant pourra rapidement prendre appui sur le sol avec ses jambes ou sera en capacité de réagir en temps utile par un transfert de poids. Ceci est impossible sur un vélo équipé de roues stabilisatrices, parce qu'un transfert de poids n'a aucune influence sur la position – ainsi le vélo perd rapidement le contact avec le sol en présence d'irrégularités du terrain ou de bosses. En cas de chute avec la draisienne, votre enfant ne ressentira en règle générale que peu d'effets, parce que la vitesse et la hauteur de chute ne sont pas très élevées.
  • Équilibre : L'un des principaux avantages est que votre enfant apprend d'emblée et de manière tout à fait ludique les compétences fondamentales de la pratique du vélo, notamment l'équilibre. Car la draisienne apprend à votre enfant à compenser automatiquement tout mouvement en braquant légèrement et en effectuant un transfert de poids. Ainsi, le système reste stable et votre progéniture renforce son sens de l'équilibre.
  • Avec les roues stabilisatrices, c'est tout le contraire qui se passe : chaque transfert de poids est perçu comme une instabilité par votre enfant. En conséquence, il essaiera précisément d'éviter ces mouvements de compensation importants et sollicitera outre la roue principale également une roue stabilisatrice, pour retrouver une sensation de conduite prétendument sûre. En outre, votre enfant adopte une mauvaise posture pour aborder les virages, c'est-à-dire qu'il incline le corps vers l'extérieur au lieu de l'intérieur pour empêcher un basculement. Les roues stabilisatrices sont par conséquent contre-intuitives pour le développement d'une bonne sensation d'équilibre et rendent en définitive le passage au vélo beaucoup plus difficile. Car si votre enfant est habitué aux roues stabilisatrices, il devra d'abord perdre les mauvaises habitudes et apprendre à garder l'équilibre depuis le début.

En route vers le plaisir d'un parcours en vélo

Une petite chose auparavant : ne soyez pas déçus si votre enfant ne se jette pas immédiatement sur la draisienne avec enthousiasme. Il est probable que votre rejeton souhaite d'abord découvrir son nouveau compagnon et qu'il se contente de pousser la draisienne dans un premier temps. Donnez à votre enfant le temps dont il a besoin. Votre enfant décide à quel moment il s'assoira pour la première fois sur la selle.

Lorsque le moment sera venu, votre progéniture apprendra dans un premier temps à marcher avec la draisienne. Car il est bien connu que c'est en forgeant que l'on devient forgeron ! Ainsi votre enfant va gagner en assurance et les pas s'allongeront progressivement – le moment est venu : La marche et le roulage commencent de manière tout à fait intuitive. Les tout premiers tours seront peut-être un peu hésitants, mais cela ne durera pas longtemps jusqu'à ce que les enfants lèvent les jambes en l'air de plus en plus fréquemment et gardent l'équilibre sur des distances appréciables.

Les enfants apprennent généralement le bon mouvement de direction, c'est-à-dire la coordination des yeux des mains, seuls, sans grandes explications et très rapidement ils s'élancent déjà avec fierté dans les premiers virages.

Au début, le freinage s'effectue encore avec les pieds selon la méthode Fred Pierrafeu. Cependant, il est judicieux que vous appreniez à votre enfant dès qu'il roule avec la draisienne à s'arrêter en toute sécurité à l'aide du frein à main. Il pourra ainsi effectuer un travail préparatoire essentiel au bon déroulement des mouvements lors de la future pratique du vélo.

Veillez à ce que le frein à main soit adapté aux petites mains et aux doigts courts, faute de quoi cela peut rapidement devenir frustrant. C'est pour cette raison que notre woom 1 dispose d'un levier de frein spécifique parfaitement accessible aux petites mains et permettant un arrêt en toute sécurité avec peu de force. 

Avec ce sentiment de satisfaction en poche, votre enfant filera de manière routinière sur la draisienne au bout de quelques jours, comme s'il n'avait jamais fait autre chose et éprouvera un plaisir illimité pendant de nombreuses années.

La voie est libre pour le premier vélo !

Doté d'un sens de l'équilibre bien entraîné, du comportement adéquat en matière de guidage et de freinage et d'une portion de confiance en soi, le futur passage au vélo est généralement un jeu d'enfant. Grâce à l'entraînement avec la draisienne, votre enfant peut désormais focaliser sa concentration sur le nouveau mouvement, c'est-à-dire le pédalage. Montrez à votre enfant, idéalement avant de démarrer par soulèvement du vélo, comment la roue arrière est mise en mouvement par le pédalier ainsi que l'effet des freins.

Pour les premiers essais de conduite pratiques, un terrain en légère pente, non accidenté et éloigné de la circulation routière est particulièrement adapté, car avec un peu d'élan votre enfant posera ses pieds sur les pédales de manière plus sûre et trouvera l'équilibre plus facilement. Au début, n'hésitez pas à soutenir votre enfant au niveau des épaules ou de la selle. Cependant, très rapidement ce sera votre tour : rassembler le courage et se lâcher ! Vous serez étonnés de la rapidité avec laquelle votre enfant parviendra à actionner les pédales de manière autonome tout en gardant l'équilibre, même avec de petites irrégularités du terrain. La draisienne a préparé votre rejeton à la pratique du vélo de manière idéale.