Vtt

Le VTT en préservant l'harmonie entre l'homme et la nature

Sarah Schwarz
Sarah Schwarz

En route pour la verdure ! Le VTT assure à votre rejeton une activité physique au grand air et procure un plaisir immense en forêt, dans les champs ou en montagne. Mais cette expérience en plein air est-elle compatible avec la faune, la flore et les autres usagers de la nature ?

Nous avons approfondi cette question et nous vous annonçons une chose sans détour : oui, le VTT est un sport proche de la nature et écologique - à deux conditions : l'existence d'un réseau d'itinéraires cyclables bien développé et le fait que vous respectiez quelques règles du jeu simples :


Respecter les animaux et les plantes

  • Les animaux de pâturage sont en principe réputés dociles. Cependant, une certaine prudence est requise lorsque vous croisez des animaux d'alpage en faisant du VTT, c'est-à-dire : ne pas s'approcher trop près des animaux, ne pas les nourrir, ne pas faire de mouvements brusques et ne caresser les veaux sous aucun prétexte. Lorsque les animaux s'approchent, rester calme et quitter les pâturages lentement, le cas échéant en effectuant un petit détour et à bonne distance.
  • Les animaux sauvages sont actifs la nuit et à la recherche de nourriture au crépuscule. Prenez en compte ces temps de repos et le territoire des habitants de la forêt en terminant dans la mesure du possible vos circuits en VTT à la lumière du jour. Lors des sorties au crépuscule et de nuit, adaptez la vitesse afin d'éviter de déranger inutilement les animaux sauvages.
  • Respectez les clôtures des pâturages et utilisez, si elles existent, les grilles en entrant et en quittant un pâturage. Ne pas oublier de refermer systématiquement la grille !
  • Les entrées illégales dans le terrain ou raccourcis perturbent les animaux dans leur espace de vie et provoquent l'érosion des sols. Les enfants en quête d'aventure devraient s'orienter vers des pistes aménagées en descente.
  • Afin de préserver le sol forestier, vous éviterez dans la mesure du possible les changements de direction importants et les manœuvres de freinage abruptes, notamment dans les trails et les montées ainsi qu'en présence de boue et d'humidité.
  • La flore est extrêmement diversifiée en montagne, mais malheureusement certaines espèces sont en voie d'extinction. Ainsi, l'edelweiss est une espèce protégée. C'est pourquoi, il convient de ne pas accueillir de fleurs ou de ramasser des champignons par inadvertance.
  • Plus généralement, vous ne ferez pas de bruits inutiles et emporterez ce que vous avez apporté avec vous ou vous le jetterez de manière écologique dans la poubelle la plus proche.

 

Une cohabitation respectueuse

  • Afin de ne pas effrayer les randonneurs par l'arrière, vous signalerez votre présence en temps utile, éventuellement à l'aide de la sonnette. Si nécessaire, vous vous arrêterez et donnerez systématiquement la priorité aux piétons – en montée comme en descente. Un salut amical est généralement source de bonne humeur.
  • Ne faites pas de pauses à des endroits peu visibles ou dans les virages.
  • Les routes forestières offrent suffisamment de place pour une cohabitation conviviale de différents sportifs amateurs. De manière générale, les groupes les groupes qu'il s'agisse de cyclistes ou de randonneurs, ne devraient pas occuper toute la largeur du chemin.
  • Vous éviterez dans la mesure du possible les sentiers de randonnée classiques et très fréquentés.
  • En forêt, vous êtes des invités – restez sur les voies balisées et autorisées, afin de ne pas entrer en conflit avec les propriétaires des terrains, les chasseurs ou les bûcherons. En fonction du pays ou de la région, il existe diverses réglementations concernant l'utilisation et la circulation sur les voies forestières. Il est préférable de vous informer au préalable de la situation sur place.
  • Les routes forestières sont principalement destinées au transport du bois en dehors de la forêt. Cela signifie que vous devez également vous attendre à croiser de temps à autre des véhicules motorisés.

Une conduite adaptée

  • Les techniques appropriées de conduite et de freinage sont importantes en matière de sécurité et de protection de la nature.
  • Le meilleur moyen est d'adopter un style de conduite anticipatoire, c'est-à-dire que vous êtes toujours attentifs et prêts à freiner, afin de pouvoir vous arrêter à temps devant des obstacles inattendus, des randonneurs ou des véhicules. Sur le gravier, les chemins forestiers et sur sol mouillé, il convient de s'attendre à des distances de freinage plus longues.
  • Comme déjà évoqué, un freinage contrôlé permet d'éviter les dégradations du sol. Sur sol mouillé, vous devriez notamment doser le freinage avec précision, faute de quoi les roues bloquent, glissent et endommagent ainsi le sol forestier.
  • Négocier les virages à vitesse élevée constitue un danger pour vous-même et les autres personnes. Il est par conséquent recommandé de freiner avant les virages.
  • Avant la première sortie en VTT, vous devriez vous assurer que votre rejeton maîtrise parfaitement son vélo – cela fonctionne de manière optimale avec quelques exercices ludiques.

Expliquer ces règles de fair-play à votre junior et faites-lui prendre conscience des différents motifs et besoins des autres usagers de la nature tels que les randonneurs, les chasseurs, les bûcherons ou les gérants de refuges alpins. Avec le comportement approprié, vous veillez à ce que chacun puisse profiter de la nature dans les meilleures conditions ou poursuivre son travail en toute sérénité.

Outre le bon comportement, vous pouvez aussi effectuer une bonne action, parce que les pistes VTT balisées et les trails doivent être entretenus. De nombreux Trailcenter et associations se réjouissent de l'aide que vous leur apporterez, par exemple :


Sources

Alpenverein
Allmountain