Parlons velo

Commencer le vélo du bon pied

Sarah Schwarz
Sarah Schwarz

Le moment où votre cycliste en herbe fait ses premiers mètres à vélo est tout à fait magique. Pour lui comme pour vous. Et le meilleur, dans tout ça ? C’est que le vélo, ça ne se perd pas !


Lors de l’apprentissage, l’idée est avant tout de transmettre le plaisir du cyclisme à votre enfant. Découvrez comment partager les joies du vélo et accompagner votre jeune sportif de manière optimale pendant le processus d’initiation.


Ce qu’il faut savoir sur l'initiation au cyclisme
 : au début, le processus d'apprentissage s’accompagne souvent d’incertitude, voire de peur (de tomber). Il est donc important d’offrir un environnement sécurisé à votre cycliste débutant. 

  • Seul un vélo conçu pour les enfants garantit plaisir et sécurité. En outre, un vélo adapté est crucial pour réussir l’apprentissage. Voyez ici comment choisir le bon vélo.
  • Les chutes sont inévitables. Il est donc souhaitable de prévenir au mieux les blessures. Une règle d’or : jamais de vélo sans casque ! Vérifiez que le casque est parfaitement à la taille de votre enfant. Les gants de vélo, genouillères et coudières sont également utiles pour protéger la peau fragile des petits contre les égratignures. En outre, ces protections donnent un sentiment de sécurité.
  • Pour zone d’entraînement, choisissez un environnement sûr, éloigné de la circulation et de tout facteur de stress, comme une cour, un parc ou une route interdite aux véhicules motorisés. Lors des premières tentatives, votre graine de cycliste manquera probablement de stabilité. Une pelouse ou un sentier forestier garantissent alors un atterrissage plus doux que l’asphalte en cas de chute.
  • Jamais de roulettes ! Vous avez vous-même laborieusement appris à faire du vélo avec des roulettes ? Ce n’est pas une raison pour reproduire cette erreur et compliquer la tâche à votre jeune sportif. Les roulettes donnent un faux sentiment de sécurité aux enfants et sont contre-intuitives pour développer un bon sens de l'équilibre. En outre, le passage au vélo sans roulettes sera ensuite plus laborieux car votre enfant devra réapprendre à garder l’équilibre. Notre position est donc claire :


Vive la draisienne !

Les temps ont changé. Aujourd’hui, la draisienne facilite grandement le passage au vélo. Rien de plus simple pour s’exercer : il suffit de s’amuser. Ce jouet miracle permet à votre future cycliste d’apprendre les rudiments du vélo et de s’habituer à la sensation de rouler de manière ludique. 

Au début, votre enfant gardera les pieds au sol la plupart du temps ou poussera tout simplement le vélo placé entre ses jambes. Peu à peu, il gagnera en sécurité, commencera à soulever les pieds et travaillera ainsi son sens de l'équilibre. Bientôt votre petit se laissera glisser sur des distances plus longues, développera un sens de la vitesse et osera son premier changement de direction. Dans l’idéal, la draisienne est équipée d’un frein adapté aux enfants. Ainsi, votre futur cycliste peut s’habituer à freiner avec les doigts avant d’avoir son premier vélo : une difficulté de moins au moment de l’apprentissage. Nous vous conseillons également une paire de bonnes chaussures car les enfants utilisent souvent les pieds pour freiner au début. Découvrez dans cet article pourquoi nous vous déconseillons vivement les freins à rétropédalage, qui sont contre-productifs.


À vos pédales, prêt, partez !

Quand votre enfant est à l’aise sur la draisienne, il ne lui reste plus qu’à apprendre à pédaler – et il y parviendra sans doute en un temps record. S’il n’a pas encore essayé la draisienne, ne vous inquiétez pas : il s’en sortira quand même. C'est parti.

  1. Prenez le temps de montrer le mécanisme du pédalier à votre futur cycliste. Pour ce faire, soulevez la roue arrière et déplacez une pédale vers l’avant. Vous permettez ainsi à votre jeune sportif de comprendre l’interaction entre le pédalier et les roues. Faites également une démonstration du freinage. Après cela, votre enfant aura sans doute envie d’essayer de pédaler tout seul.
  2. Votre petit champion est un peu nerveux avant les premières tentatives? Rien de plus normal. Donnez-lui un sentiment de sécurité en plaçant vos mains décontractées sur ses épaules ou en posant délicatement une main derrière la selle alors que vous marchez à ses côtés. Avec un peu de vitesse, le sens de l’équilibre vient rapidement tout seul.
  3. Le grand moment approche ! Une fois que votre enfant maîtrise le pédalage et a le sens de l’équilibre, vous pouvez commencer à retirer vos mains de plus en plus longtemps jusqu’à ce qu’il roule toute seul. Continuez à marcher à côté pour l’aider à s’arrêter ou pour le retenir à temps et éviter une chute s’il perd l’équilibre.
  4. Après quelques tentatives, votre enfant peut essayer de s’arrêter seul en actionnant le levier de frein avant de poser les pieds au sol.
  5. Au début, certains enfants ont des difficultés à démarrer sans aide. Voici comment apprendre : au moment de se lancer, la jambe dominante est sur la pédale en position 1 heure (si l’on prend comme référence une horloge). Puis votre apprenti commence à pédaler avec le pied fort et pousse en même temps son autre pied du sol. Autre possibilité, il peut procéder comme sur la draisienne : en élançant le vélo puis en soulevant les pieds pour les poser sur les pédales quand il a suffisamment de vitesse. Un terrain en pente douce permet de faciliter ce processus.

Il est important pour le petit cycliste que ses parents soient calmes et décontractés lors des premières tentatives de conduite. Soyez patient et encouragez votre enfant s’il ne veut pas se lancer tout de suite. Ne mettez surtout pas la barre trop haut. Mieux vaut s’entraîner régulièrement pendant quelques minutes que submerger votre petit. Pour le motiver, vous pouvez également choisir un endroit où beaucoup d’enfants sont à vélo car l’enthousiasme est communicatif. Observer les autres permet également d’apprendre.  

Avec de l’entraînement, votre enfant prend confiance et se sent en sécurité. Vous l’entendrez bientôt s’écrier fièrement : « ça y est, je sais faire du vélo ! ».


À quel âge votre enfant est-il prêt pour apprendre à faire du vélo ?

Chez les enfants en bas âge, les facultés motrices et cognitives sont encore en développement. Sens de l'équilibre, dextérité manuelle, indépendance des doigts, orientation et réactivité : les compétences de bases requises pour le cyclisme font partie de ces facultés. Le bon moment dépend donc moins de l’âge que du niveau de développement individuel de votre enfant. Tandis que certains petits apprennent le vélo au moment de l'école primaire, d'autres sont déjà tellement à l’aise sur la draisienne à trois ou quatre ans qu’ils peuvent alors faire leurs premiers essais. Cependant, si votre enfant n’est pas prêt du point de vue moteur, l’absence de progrès risque de lui ôter tout le plaisir d’apprentissage, voire de lui faire appréhender le vélo. Une situation à éviter absolument ! Votre futur cycliste a tout intérêt à continuer de s’exercer avec la draisienne jusqu’à ce qu’il soit vraiment prêt pour le changement.

Dans l’idéal, votre enfant devrait développer par lui-même la motivation pour apprendre le vélo. Si vous lui mettez la pression, il risque en effet de se braquer. Montrez-lui plutôt votre propre plaisir à pédaler et emmenez-le dès le plus jeune âge sur un siège pour enfant ou dans une remorque. La fascination et l’envie du cyclisme viendront tout naturellement.